Lyon : un grand débat des européennes prévoit huit candidats et un « maximum de clash »

Lyon : un grand débat des européennes prévoit huit candidats et un « maximum de clash »

Une bonne partie du spectre politique républicain sera représentée lors de ce « Grand débat des européennes » qui se déroulera à Lyon, le 29 avril prochain, 18h, à l’initiative de l’association d’étudiants de l’EM Lyon et trois autres groupes étudiants.

Crédits photo : Débat des européennes du 29 avril

L’occasion pour les huit candidats invités de défendre leur vision du Vieux Continent, quelques semaines seulement avant le scrutin. Soutiennent-ils l’OTAN ? L’accord de Paris ? Erasmus ? L’euro ? Veulent-ils sortir de l’UE ou ajouter de nouveaux traités ? Croient-ils dans les institutions de l’Union ? Voient-ils en Salvini et Orban une menace ou une promesse ? Quelle renaissance européenne défendent-ils ? Pourquoi se présenter devant les jeunes de Lyon ? Autant de réponses à apporter.

Devant un public jeune, rappelant le Grand débat national qui avait eu lieu à Lyon en mars 2019 (notre article), ces candidats traitement les quatre grands thèmes du débat et répondront aux quolibets des étudiants marxistes. Ils devront déjà convaincre les différents amphithéâtres d’aller voter. Notons qu’une tête de liste fait le déplacement (Nicolas Dupont-Aignan pour DLF), que le PS représente Place publique et que l’ancien chroniqueur Bernard Guetta représentera le parti présidentiel pour son entrée en politique. Enfin, deux figures appréciées des jeunes, Adrien Quatennens pour La France insoumise et Nicolas Bay pour le Rassemblement national, risquent de se partager les honneurs.

Les 4 associations d’étudiants organisant l’évènement s’attendent surtout à ce que les affrontements soient vifs : « 8 couleurs politiques, 4 thèmes puis des questions du public, 2h30 de débat pour un maximum de clash dans ce Grand Débat des Européennes – Lyon  » peut-on lire.

Programme :

17h15 :Ouverture de la salle – 18h00 : Débat sur les 4 thèmes principaux –19h30 :Questions du public –20h30 : Clôture du débat

Les équipes de journalpolitique.info seront bien présentes.

Rendez-vous sur le campus de Lyon 3 (Manufacture des Tabacs, 6 cours Albert Thomas, 69003 Lyon).

Affiche du débat

Détails sur le site dédié.

Madeleine,

Pour journalpolitique.info


Notre-Dame : F-X Bellamy tempère les ardeurs macronistes et dénonce la « manie de la disruption »

Notre-Dame : F-X Bellamy tempère les ardeurs macronistes et dénonce la « manie de la disruption »

Voilà un nouveau personnage sur la scène politique nationale : François-Xavier Bellamy professeur de philosophie élu à Versailles, tête de liste LR pour les élections européennes du mois de mai prochain (23-26 mai).

Bellamy n’est pas honteux de son conservatisme et s’accorde à l’idée d’une renaissance européenne sur le fond. Face à la multiplication des déclarations ambitieuses du Président de la République et de son gouvernement (reconstruction en cinq ans, grand concours international, modernisme), le chef de file Bellamy s’en prend à cet orgueil pour inviter à mieux observer l’héritage dont est issue Notre-Dame de Paris. Dans une série de messages, il en appelle à l’humilité contre le profit politique et l’accaparement :

Sur Twitter, le 18/04/2019

Bâtir, hériter… l’histoire de la civilisation ?

Une dépêche pour journalpolitique.info


Lyon : trois lieutenants LR à l’assaut de la Métropole, nouveau lieu de contestation

Lyon : trois lieutenants LR à l’assaut de la Métropole, nouveau lieu de contestation

Ce jeudi, dans le contexte de la grève des éboueurs grandlyonnais et des négociations entamées entres élus municipaux, services métropolitains et syndicats, Alexandre Vincendet (maire LR de Rillieux-la-Pape) , Philippe Cochet (LR Caluire-et-Cuire) et Claude Cohen (LR Mions) ont apporté des déchets, qu’ils ont disposés en triomphe devant l’Hôtel du Lac, qui abrite la Métropole :

Photo de Susie Waroude.

Grand Lyon la Métropole et son président sont pris à parti symboliquement. L’Hôtel du Lac, édifice administratif, devient progressivement le lieu contestataire, davantage que la place de la Comédie ou l’hôtel de Région.

On se souvient notamment de voir la citadelle métropolitaine prise à parti en 2018 par les manifestants pro-migrants, ou plus récemment encore par le mouvement écologiste :

La manifestation écologique du 16 mars
Action autour de la citadelle « Hôtel du Lac », photo de GreenpeaceLyon

On retiendra de Tribune de Lyon que le maire de Rillieux-la-Pape insiste bien sur la nouveau pouvoir qu’abrite l’Hôtel de Métropole : « L’élu local le plus puissant de France reste bien caché à la Métropole ». Quant au président Kimelfeld, il met l’emphase sur cette configuration à « 59 communes, 1 président » : « Il s’agit de l’action de 3 maires sur 59, qui s’imaginent un grand destin dans cette métropole. J’ai regardé ça avec beaucoup de tristesse.  » (édition du 4 avril). Fréquemment interpellé sur le climat et la pollution, le président briguant l’onction populaire en 2020 avait livré une réponse pour le Grand débat national devant des étudiants. Ce qui n’empêche pas ses adversaires de « venir le chercher ».

De quoi renforcer le lien symbolique du nouveau pouvoir métropolitain ?

A suivre,

Sur journalpolitique.info

Siège du siège du Grand Lyon (photo d’alternatiba rhône)