« Identités meurtrières », plus jamais elle ne sera une terre étrangère : la lucidité d’Amin Maalouf

« Identités meurtrières », plus jamais elle ne sera une terre étrangère : la lucidité d’Amin Maalouf

L’écrivain franco-libanais, Amin Maalouf, connaît bien l’harmonie qui peut exister entre les cultures, les traditions et les croyances : le Liban avait jusqu’alors été emblématique de cette réussite du dialogue. Pour Maalouf, la France connaît une situation de plus en plus tendue. Dans son essai remarqué, Les identités meurtrières, qui reprend des thèmes de l’individu pluriel du sociologue lyonnais Bernard Lahire (1), il propose des pistes cosmopolitiques et humanistes, invitant le lecteur à faire la paix avec sa propre identité.

Sous-ligné par un lecteur

Amin Maalouf invite chacun à ne pas renier sa part française et à prendre soin du pays où l’on vit, évoquant cette « terre de France » dont sa vie a de fait hérité. Se faire dépositaire de la francité apportera la paix civile sur le registre identitaire. Et bien entendu, cela ne revient pas à se tronquer : « l’identité ne se compartimente pas« . Cela revient à s’opposer à la guerre du bas et à reconstruire en cohérence avec le passé et l’avenir, cela revient à voir en soi un microcosme dosé de l’histoire du peuple de France.

L’essayiste a eu du mal à convaincre les français de l’imminence du naufrage lors de son passage sur le service public national pour « Naufrage des civilisations » en avril 2019 (notre analyse). Les thèmes progressistes de Maalouf sont parfois instrumentalisés sur un registre hostile au conservatisme et à l’identité européenne, alors même que l’objet est d’avertir les Français : ne vous reniez pas, prenez soin de votre civilisation car le monde tremble et l’heure est à l’acceptation de soi et à regarder droit devant. C’est le conservatisme politique radical iranien, américain et daeshien qui inquiète bien davantage Maalouf qui mesure les résultats au Liban pris entre les feux. La civilisation, la politesse, la douceur, la raison, l’humilité, voici ce qui doit réunir, et l’Europe doit sortir de ses meurtrissures identitaires par la refondation.

Pour journalpolitique.info

(1) Bernard Lahire (ENS de Lyon) : L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998 (traduit en Espagne, au Brésil, au Portugal, en Roumanie, au Royaume-Uni et au Japon). Voir aussi : Monde pluriel : penser l’unité des sciences sociales, Paris, Seuil, coll. « Couleur des idées », 2012.


Paris : l’écologie politique assiège le Ministère ce matin, ainsi que Total et EDF

Le millénarisme converge avec les luttes de l’éco-féminisme et la lutte pour la justice climatique. Un live démarre dès 10h30 pour montrer les forces déjà en place. Le placardage de « Macron président des pollueurs » revêtit le ministère.

Via J-terre

Le Ministère envoie une stagiaire, engagée depuis deux semaines, pour répondre aux questions des organisateurs qui diffusent devant un peu plus de mille personnes. Un rapport serait apparemment remis en fin de stage.

Une représentante francilienne de Youth for Climate propose du « sabotage massif » et taper « au maximum sur l’écologie consensuelle et le capitalisme vert« . « Il faut aller vers des blocages qui durent longtemps sur le modèle ZAD. »

« IL NE FAUT TRAVAILLER POUR DES ENTREPRISES ECOCIDES COMME TOTAL. JE VEUX TRAVAILLER POUR LE VIVANT. NOUS DEVONS FAIRE PRESSION A L’INTERIEUR DU SYSTEME EN CREANT UNE ALTERNATIVE RADICALE. » J-Terre

Elle ajoute qu’il faut « désobéir au quotidien« . « Au final on n’y connaît rien, il y a des experts, mais c’est plutôt le capitalisme qui est problématique, on a les solutions et il faut rester sous la barre des 2°« .

Méfiez-vous de cette scène de crime climatique.

Via le J-terre

Pour De Rugy, ces militants « se trompent de cible« .

A suivre en cette belle journée de printemps,

Journalpolitique.info

Lyon : un grand débat des européennes prévoit huit candidats et un « maximum de clash »

Lyon : un grand débat des européennes prévoit huit candidats et un « maximum de clash »

Une bonne partie du spectre politique républicain sera représentée lors de ce « Grand débat des européennes » qui se déroulera à Lyon, le 29 avril prochain, 18h, à l’initiative de l’association d’étudiants de l’EM Lyon et trois autres groupes étudiants.

Crédits photo : Débat des européennes du 29 avril

L’occasion pour les huit candidats invités de défendre leur vision du Vieux Continent, quelques semaines seulement avant le scrutin. Soutiennent-ils l’OTAN ? L’accord de Paris ? Erasmus ? L’euro ? Veulent-ils sortir de l’UE ou ajouter de nouveaux traités ? Croient-ils dans les institutions de l’Union ? Voient-ils en Salvini et Orban une menace ou une promesse ? Quelle renaissance européenne défendent-ils ? Pourquoi se présenter devant les jeunes de Lyon ? Autant de réponses à apporter.

Devant un public jeune, rappelant le Grand débat national qui avait eu lieu à Lyon en mars 2019 (notre article), ces candidats traitement les quatre grands thèmes du débat et répondront aux quolibets des étudiants marxistes. Ils devront déjà convaincre les différents amphithéâtres d’aller voter. Notons qu’une tête de liste fait le déplacement (Nicolas Dupont-Aignan pour DLF), que le PS représente Place publique et que l’ancien chroniqueur Bernard Guetta représentera le parti présidentiel pour son entrée en politique. Enfin, deux figures appréciées des jeunes, Adrien Quatennens pour La France insoumise et Nicolas Bay pour le Rassemblement national, risquent de se partager les honneurs.

Les 4 associations d’étudiants organisant l’évènement s’attendent surtout à ce que les affrontements soient vifs : « 8 couleurs politiques, 4 thèmes puis des questions du public, 2h30 de débat pour un maximum de clash dans ce Grand Débat des Européennes – Lyon  » peut-on lire.

Programme :

17h15 :Ouverture de la salle – 18h00 : Débat sur les 4 thèmes principaux –19h30 :Questions du public –20h30 : Clôture du débat

Les équipes de journalpolitique.info seront bien présentes.

Rendez-vous sur le campus de Lyon 3 (Manufacture des Tabacs, 6 cours Albert Thomas, 69003 Lyon).

Affiche du débat

Détails sur le site dédié.

Madeleine,

Pour journalpolitique.info


Notre-Dame : F-X Bellamy tempère les ardeurs macronistes et dénonce la « manie de la disruption »

Notre-Dame : F-X Bellamy tempère les ardeurs macronistes et dénonce la « manie de la disruption »

Voilà un nouveau personnage sur la scène politique nationale : François-Xavier Bellamy professeur de philosophie élu à Versailles, tête de liste LR pour les élections européennes du mois de mai prochain (23-26 mai).

Bellamy n’est pas honteux de son conservatisme et s’accorde à l’idée d’une renaissance européenne sur le fond. Face à la multiplication des déclarations ambitieuses du Président de la République et de son gouvernement (reconstruction en cinq ans, grand concours international, modernisme), le chef de file Bellamy s’en prend à cet orgueil pour inviter à mieux observer l’héritage dont est issue Notre-Dame de Paris. Dans une série de messages, il en appelle à l’humilité contre le profit politique et l’accaparement :

Sur Twitter, le 18/04/2019

Bâtir, hériter… l’histoire de la civilisation ?

Une dépêche pour journalpolitique.info


Notre-Dame de Paris vue d’Alep : c’est la civilisation qui prend feu (tribune)

Notre-Dame de Paris vue d’Alep : c’est la civilisation qui prend feu (tribune)

Pour Ben Ammar, le désastre de Notre-Dame est particulièrement touchant. Il ravive la flamme de la civilisation, détruite pour le jeu des puissants. Relayé sur journalpolitique.info (auteur : Salem Ben Ammar)

 » Je suis Notre Dame de Paris quelle que soit la cause de l’ incendie, Je suis les statues de Bouddha de Bamiyan détruites par les Talibans, enfantées par les Saoudiens, les Pakistanais et les Américains, peuples sans mémoire historique, Je suis le mausolée du saint Sidi Mahmoud au Mali, Je suis les mausolées de Saïda Manoubia et Sidi Bousaïd, Je suis Alep, une ville multi-millénaire, « 

 » Je suis les temples de Baal et Baalshamin,Palmyre, Je suis le monastère chrétien de Mar Elian, Al-Qaryatayn, Je suis le Lion de Palmyre, Je suis les manuscrits de Mossoul, une tragédie sans précédent dans l’histoire universelle, c’est Sumer et Babylone partis en fumée, Je suis le musée de Baghdad pillé et saccagé, Je suis le musée de Mosssoul, vandalisé et mis à sac, Je suis tous ces trésors, ces vestiges, ces oeuvres d’art, ces manuscrits et ces richesses inestimables de l’histoire humaine, témoignages du génie humain et des transmissions de relais entre les peuples et les cultures, détruits par la barbarie humaine pour priver les peuples de leur mémoire et leur identité. Carthage, détruite deux fois par les Romains (149 av. J.C.) et les Arabes en 698, mais elle n’a jamais pu renaître de ses cendres. « 

Bel exemple de solidarité entre les peuples. Notre-Dame de Paris et son feu ont réveillé le peuple français, l’un des derniers endormis. Refondons la nation à partir de ses fondements et ne nous laissons pas défigurer par la déculturation.

Pour journalpolitique.info

Restez connectés


Notre-Dame : la couronne d’épines sauvée

Notre-Dame : la couronne d’épines sauvée

L’ancienne relique a survécu à l’incendie. Les pompiers sont allés la chercher en brisant le coffre tandis que le feu montait, pour que la chrétienté puisse continuer à la vénérer. Pour que Notre-Dame ne meure pas.

Il s’agirait de fragments de la couronne d’épines que les Romains préparèrent pour le Christ

Elle ravive la mémoire de ce peuple sur l’Île de la Cité, réuni autour de Saint-Louis qui apporte la relique en France :

Le roi de France Louis IX, Saint-Louis, apporte en procession la relique de couronne d’épines de la Passion du Christ, à Notre-Dame de Paris (19 août 1239)

La France est touchée, le monde chrétien est troublé. Que ce peuple a traversé à travers les âges, sous le regard de la forteresse de la Passion.

D’autres dépêches très vite,

Journalpolitique.info


Notre-Dame de Paris vue de New York

Notre-Dame de Paris vue de New York

Pour Michel Rufinkiel, la tragédie de l’incendie de Notre-Dame met symboliquement fin à l’une immunité ensommeillée au risque civil ou militaire. Via journalpolitique.info (04/2019 – anglais).

« It ended for New York in 2001. The last time the capital of France suffered wide range destruction was the Franco-Prussian war of 1870 and 1871 and its revolutionary sequel, the Commune of Paris, which scorched the Royal Palace of Tuileries and of City Hall. « 

« In 1918, the last year of World War I, German artillery did find its mark in Paris, most notably in the Marais district. Unlike London, Berlin, Warsaw, or Florence, Paris “did not burn” during World War II. The result was that most Parisians indulged throughout the second half of the 20th century and the first two decades of the 21st in the fallacy that their city was too beautiful, too “historical,” too much a part of Unesco’s World Heritage, to be struck. »

Le sacre de Napoléon à Notre-Dame de Paris, de Jacques-Louis David (domaine public)

Time and again, Parisians were reminded that things could go the other way, after all. There were riots, terrorist attacks, bombings. But Paris itself seemed to be immortal. People started to wake up for real after the Islamist killing spree of November 2015, at the Bataclan theatre and other places. More recently, there was a succession of frightening scenes in the wake of the recent Yellow Vests’ protest: the Arch of Triumph defaced, the Champs-Elysées’ shops and restaurants torched. And now, Notre-Dame was aflame.

From my window, I could see a pillar of black and reddish smoke rising above the roofs, a helicopter circling above the fire. The iron spire, a 19th century addition to the Gothic church, collapsed all of sudden — evincing gasps of horror not only in Paris but around the world. Much like the moment when Twin Towers of the World Trade Center suddenly came down. Today the whole of France, the whole world trembled in horror as the scale of what was happening sunk in.

Even if the fire was accidental (it may have started at a place where renovation work was in progress), it came as the coda to an ominous winter. And one could not entirely discard, either, the possibility of a terrorist arson: many anti-Christian incidents have been reported recently, including the vandalization of churches, cemeteries, or shrines; and there were repeated threats from jihadist groups to do “something big” in Paris again, preferably against an emblematic building.

No wonder President Macron postponed the television speech to the nation he was supposed to have delivered this very evening, and, along with his wife, Brigitte, and Prime Minister Philippe, Mr. Macron came instead as near to the cathedral as he could get. »

La fleur de lys donnée à Clovis sacré à Reims (domaine public)

« One doesn’t have to be Catholic, or Christian, or even religious to be devastated by the destruction of Notre-Dame. The nine hundred years old cathedral is the heart of France: it stands on City Island, between the Seine’s two channels, a place it shares with Palace of Justice (the first Royal Palace in the Middle Ages).

While the Kings were crowned in Reims by the local archbishop, Napoleon crowned himself at Notre-Dame, in front of Pope Pius VI. Notre-Dame is the first place in Paris de Gaulle visited in 1944 when the capital was liberated from the Germans; it is from Notre-Dame that De Gaulle walked across the city to the Arch of Triumph. It is hard to imagine France without Notre Dame. Let the rebuilding begin. »


Une tribune rédigée le soir-même de l’incendie aux Etats-Unis, Michel Gurfinkiel, The New York Sun, relayée pour journalpolitique.info .