Fin du Grand débat : en conférence de presse, Macron s’assume prophétique et républicain

Pour sa première conférence de presse, le PR Emmanuel Macron surélevé, encerclé d’une ecclesia (assemblée) de journalistes français et internationaux tournée vers le trône républicain. La mise en scène est parfaite, assez solennelle ou cocasse par moments, mais toujours très contrôlée. De nombreuses analyses vont être produites, nous voulons juste apporter quelques éléments de symboles. Pour journalpolitique.info

Au palais de l’Elysée le 25 avril 2019

Nous avons ici l’élu qui décide. Le roi républicain, flanqué des double-drapeaux : les douze Étoiles de Marie de la solidarité européenne, et Tricolore de la Nation (issu des armées révolutionnaires). Les armoiries de la République française occupent le fond du décor. Tout axe du conférencier invite à observer le grand blason et ces différents symboles. Les crânes sont légèrement prosternés, inclinés tout ouïe, transcrivant tandis que le roi énonce. Le cadrage symbolique est parfait pour donner toute sa place au verbe, qui est la matière mise officiellement en question. C’est le verbe qui sera commenté dans la presse.

Le cadrage médiatique pour les télévisions est lui aussi parfait, par exemple BFMTV qui transmet en direct :

BFMTV du 25/04/2019

Les symboles : derrière le PR, la salle des Fêtes a ainsi pu dévoiler des emblèmes républicains de bien meilleur aloi que le grand tableau du bureau présidentiel. On note que l’essentiel tel que figurant sur les passeports demeure.

Emblème de la République française (RF)

Ces emblèmes ne sont frappés d’aucune définition juridique dans les constitutions. Depuis 1870 et la fin du Second empire, les constitutions républicaines ne mentionnent que la devise, l’hymne et le drapeau.

Un bouclier de pelta gaulois, la hache (le faisceau de licteur), le chêne français dont était issue la forêt de Notre-Dame, et l’olivier séculaire.

Ces armoiries républicaines sont progressivement instaurées à la fin du XIXe siècle à partir d’éléments plus anciens, lors de la consolidation de la IIIe République qui fera aussi usage de la Statue de la Liberté. La devise « Liberté, Égalité, Fraternité » est introduite ainsi que le drapeau tricolore. Sous l’État français, après la fin de la IIIe République, le tricolore sera indexé à la Révolution nationale et le faisceau, emblème personnel du Maréchal Pétain, sera lui-même tricolore et étoilé :

Drapeau de la France de Vichy, domaine public

Sous les quatrième et cinquième républiques, on revient à la forme initiale des années 1890-1900, et les emblèmes restent utilisés pour les affaires diplomatiques, consulaires ou autres activités historiques de l’État.

L’Élysée, tête de l’exécutif et siège du roi républicain, s’est elle-même dotée de ces attributs symboliques à partir de 2010, pour mieux incarner la mission séculaire du chef de l’État français, dans son rôle unique.

La tradition républicaine, semblable à toute autre tradition aristocratique, permet à l’Élysée de déployer blasons et emblèmes personnels, tel le tableau souvent mis en scène et ce que livre cette conférence dans la salle des fêtes.

C’est là la nouveauté essentielle, l’emblème mis en avant aujourd’hui adjoint la Croix de Lorraine à l’ensemble. Dès 2018, sous l’impulsion de Macron promouvant des références gaulliennes, sans nier le reste des symboles. Ici, la Croix de Lorraine, croix d’Anjou, fait sa seconde apparition dans les armoiries, car la conférence de presse a un caractère diplomatique.

Source : fr.wikipedia.org

Pour tout citoyen qui a regardé des extraits de cette conférence de presse, cela montre bien qu’Emmanuel Macron assume une position de synthèse vis-à-vis de l’histoire de France. Il rend le chef de l’Etat, la fonction elle-même dépositaire de la contradiction entre Pétain et De Gaulle, dans une résolution symbolique

Emblème de la Présidence depuis 2018

Le PR montre bien qu’il prend sa mission présidentielle au sérieux et voudrait couper l’herbe sous le pied de ses opposants sur le plan symbolique, puisque le gaullisme est transpartisan.

« Le chef de l’Etat a voulu marquer les nombreux anniversaires ‘gaulliens’ de son quinquennat. Les 60 ans de la Constitution de la Ve République, les 50 ans de la mort du général de Gaulle et les 80 ans de l’appel du 18 juin. »

D’autant que la Croix de Lorraine existe dès le XVe siècle et que son sens gaulliste renvoie généralement à la France libre. On remarque aussi que le faisceau supplanté de la croix ne contient plus de faisceaux : un dépassement synthétique du fascisme ? L’essentiel est de voir ici dans l’attelage symbolique la fonction qui dépasse l’acteur politique.

Emmanuel Macron possède-t-il la force de la conviction indispensable à la posture prophétique parée d’emblèmes ?

Les gilets jaunes sont un « mouvement inédit, impatient que les choses changent plus vite et plus radicalement et que le peuple français puisse avoir sa part du progrès, dans un monde incertain« . Le PR réaffirme la logique de sa réponse au mouvement, initiée le 10 décembre : « C’est pour cela que j’ai voulu ce grand débat national, exercice inédit dans les démocraties contemporaines. »

On voit ici le particularisme de la symbolique républicaine universelle que les royalistes ne partageraient pas

Cet épisode de clarification, et la séquence politique après l’incendie de Notre-Dame de Paris pourront-ils s’achever par une victoire de cette posture de synthèse ? Le PR se positionne comme un pôle aspirant.

Parle-t-on d’une posture de synthèse subie des contraintes et au rabais comme Hollande miné par la fronde, ou d’une synthèse proprement prophétique telle que symbolisée en cet être supérieur, quitte à être impopulaire comme le déclare Macron ? Doit-on faire confiance à un guide de l’humanité à la tête de la République universelle ?

Les électeurs trancheront.

A suivre rapidement,

Sur journalpolitique.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.