Loin des idées reçues, les Français parmi les plus ouverts dans leurs relations sociales

Viennent de paraître les premiers résultats d’un sondage comparatif international réalisé par IPSOS Mori (global Market and opinion research specialists, ISPOS au Royaume-Uni), dédié aux relations sociales et amicales, ainsi les opinions politiques, religieuses ou idéologiques dans la constitution de groupes d’amis. Les résultats contredisent les stéréotypes habituels et discours réducteurs.

En substance, l’institut demande aux enquêtés : « Vivez-vous dans votre bulle ? Côtoyez-vous le reste de la société ? Préférez-vous rester avec ceux qui vous sont similaires ? » Vous pouvez consulter la présentation de la BBC ou les autres études d’ISPOS Mori.

Logo d’Ipsos, droits réservés.

Les résultats viennent contredire la caricature et le stéréotype véhiculés à gauche comme à droite d’un peuple renfermé et grognon : en fait, « l’entre-soi » (ou le « classisme » tant décrié par l’extrême-gauche) est davantage pratiqué par nos voisins européens. Les Français, qui forment une nation large et belle, évoquent plus que les autres leur rapport quotidien à ce que les idéologues appellent benoîtement « diversité ». L’étude porte sur des citoyens de 27 pays et montre que les citoyens français sont les moins homogames dans leurs pratiques sociales, les moins « dans leur bulle« , les plus aventureux socialement : sur un plan ethnique (49% déclarent que plus de la moitié de leurs amis sont du même groupe ethnique, contre 62% des britanniques par exemple – on sent par ailleurs la méthode anglo-saxon et anti-universaliste de l’étude avec ce type d’indicateur), sur un plan confessionnel (30% déclarent que plus de la moitié de leurs amis sont de mêmes croyances, contre 48% des italiens par exemple ) ou encore politique (23% déclarent que leur cercle social partage leur opinion politique, contre 44% en Hongrie ou 46% en Russie). Une majorité de sondés français estime donc sur chaque sujet fréquenter avoir des relations hétérogames.

L’âge, le genre, le niveau de revenu ou de diplôme, la culture et les opinions politiques : tous ces facteurs démontrent la moindre homogamie qu’ailleurs, marque d’un esprit égalitaire et tolérant et d’une culture du débat à la française

JOURNALPOLITIQUE.INFO à partir d’IPSOS, 2019

Qu’en penser ? La France demeure un pays libéral, démocratique, et sa population reste largement mélangée et se fréquente, se parle (on note un niveau élevé de sondés déclarant débattre très souvent avec des opinions opposées – un effet GJ ?). Chaque citoyen est conscient de cette force de la nation française, « parler avec tout le monde ».

Toutefois, « un sondage est à prendre avec précaution« , et plus encore un sondage déclaratif sur les subjectivités comme celui-ci. Pourrait-on aller jusqu’à expliquer, a contrario et se fondant sur cette méfiance, que ces chiffres montrer d’abord que les Français sont les plus enclins à clamer, déclarer leur diverso-philie aux sondeurs, puisque bien évidemment ils sont les plus endoctrinés par le tropisme libéral ? Ou parce que déclarer est un acte qui donne au soin une impression d’authenticité et que l’on désire se sentir ouvert ? Ce serait légitime mais exagéré : nous voyons que les contacts avec les autres groupes sociaux avancés par les sondés ne se limitent pas qu’à la religion ou à l’ethnie. Le vrai pays, ce n’est pas « la France pays raciste » que nous dénoncent certains indigénistes, ce n’est pas l’attalisation disproportionnée des esprits se « confessant » à l’IPSOS et ne se considérant pas hors de leur bulle. L’âge, le genre, le niveau de revenu ou de diplôme, la culture et les opinions politiques : tous ces facteurs démontrent la moindre homogamie qu’ailleurs, marque d’un esprit égalitaire et tolérant et d’une culture du débat à la française. Notre spécificité universaliste ouverte au monde (je te considère comme un citoyen, une citoyenne avant tout) existerait donc encore.

D’une part, la division communautaire et les appels à l’entre-soi ; d’autre part les attaques contre l’esprit français soi-disant « renfermé » qu’on voudrait liquider, « la France pays du repli » : ces inepties nient le réel, tout simplement. Ces militants-là pourraient visiter les pays communautarisés (Canada, Liban, États-Unis, Argentine, Royaume-Uni…) et une fois de retour en France cesser de culpabiliser le peuple, fils de l’histoire de la France dans le monde, qui connaît bien sa propre teneur et n’a aucun besoin d’être caricaturé.

A votre service,

Journal politique


Le projet démarre et cherche des rédacteurs à Lyon. Mission bénévole selon l’esprit du portail, selon votre temps libre et vos angles d’attaques : contactez-nous !

journaliste

Rédacteur-fondateur du portail A votre service

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.